Thomise or not thomise ?

Les thomises sont généralement appelées araignées-crabes. Par rapport aux autres petites bêtes que je capture en photos habituellement, on passe sur des modèles à 8 pattes… ouf, pour les grandes sections de maternelle, le compte tient encore sur 2 mains!

Thomise variable - Misumena vatia

On les trouve dans les arthropodes (pieds articulés), animaux invertébrés, comprenant les arachnides, les crustacés, les myriapodes et bien-sûr les insectes.
Alors l’araignée crabe : arachnide ou crustacé?
Plusieurs critères permettent de les distinguer mais principalement le nombre de pattes – 8 pour les arachnides, 10 ou plus pour les crustacés – et l’absence d’antennes chez les arachnides.
Les thomises sont appelées araignées-crabes à cause de leur allure et leur morphologie proche du crabe et aussi car elle se déplace parfois de coté. Pour les distinguer des autres araignées, on peut remarquer un abdomen qui va en s’élargissant vers l’arrière et se termine soit par un arrondi, soit par une forme plus anguleuse.

Contrairement à l’image que l’on se fait des araignées, elles ne tissent pas de toiles et ne sont pas non plus des errantes que l’on voit courir et qui font crier certains ! Les thomises ont une technique bien à elles : elles chassent à l’affût. Elles se positionnent dans une fleur et attendent patiemment qu’un insecte pollinisateur vienne se poser pour se jeter dessus. De petite taille, elles ont une morphologie adaptée pour les fleurs, surtout 2 grandes paires de pattes antérieures. Ces longues pattes, munies d’épines, permettent de plus facilement attraper les butineurs. Enfin leur morsure envoie un venin mortel et permet d’en finir avec la proie. Une autre stratégie mise en œuvre par certaines thomises, tel le photographe dans son affût, est l’homochromie active. Elles ont en effet la capacité d’adapter leur couleur à la fleur sur laquelle elles se trouvent. On en rencontre principalement des blanches, des jaunes et des roses…. couleurs très répondues également chez les fleurs. De plus, à priori, on distingue deux stratégies : un mimétisme complet qui permet de se confondre complètement dans la fleur ou la création d’un certain contraste, plus ou moins fort, pour créer un effet visuel et attirer les insectes.

Les espèces les plus souvent rencontrées sont la thomise variable – Misumena vatia et la thomise enflée – Thomisus onustus.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.