Fauve…

Bon, je joue volontairement sur les mots… Fauve, non pas pour le groupe qui sort son 2eme album ces jours-ci, mais pour le Vautour fauve – Gyps fulvus! J’ai aussi eu l’idée de l’intituler Tonton Griffon, plagiant les excellentes Hulottes 91 et 93.

Vautour Fauve - atterrissage

En ce moment, c’est la pleine ébullition chez les Vautours fauves. Ayant la chance de vivre proche d’un des plus beaux endroits de France pour observer et photographier les Vautours fauves, je suis allé passer une soirée et une matinée au Rocher du Caire à Rémuzat. C’est un lieu mythique pour moi. C’est Fabrice qui m’avait emmené pour la première fois à Rémuzat. On peut même dire que Fabrice est à l’origine de beaucoup de premières fois… euh surtout sur les questions nature, montagne, associative et militante. Ce qui remplit une grande partie de mes journées aujourd’hui!

L’an dernier, je n’avais pu me libérer en début d’année 2014 pour aller observer les Vautours dans leur parade. L’ébullition commence souvent en décembre. Les couples s’apprêtent à préparer leur aire, souvent la même que les années précédentes, tout en la protégeant de ceux qui essayeraient de la piquer. L’idée est de préparer un petit nid douillet avec des branchettes de Pin, des touffes d’herbes sèches…. En fin de journée, on peut même halluciner et observer une grande Colombe de la paix.vautour fauve branche

Cette période est aussi le moment d’observer les tandems. Une sorte de parade complice, un vol en couple, l’un au dessus de l’autre, la plupart du temps la femelle au dessus. Assez complexe à réaliser, le rapprochement des Vautours est perturbé par les turbulences créées par leurs ailes gigantesques. Il est parfois possible d’observer un empilement de 3, 4, 5, …. voir même plus parait-il. J’ai observé une tentative avec un 3éme larron qui aimerait participer…

vautour fauve - tandem

J’avais aussi d’autres envies d’observation : des accouplements et surtout tenter de faire des photos d’atterrissage / décollage avec une belle lumière !
J’aurais aimé aussi croiser un jeune Gypaète ou un Vautour moine, qui fréquentent régulièrement le spot. Lors de mon dernier passage, j’avais aperçu les deux et j’espérais pouvoir les photographier. Ça sera pour une prochaine! J’ai juste observé un Vautour moine lors de mon arrivée sur le site le dimanche matin, mais à peine je l’avais repéré, il était déjà haut et s’éloignait.

Les accouplements, j’en ai observé plusieurs… en voici un en série (photos documentaires) !

 

Les décollages, ce n’est pas plus évident à faire. Les Vautours peuvent rester des heures à ne rien faire, ne pas bouger et hop d’un coup ils s’envolent. Voici un décollage que j’ai pu avoir presque entièrement. Juste après un accouplement, un autre Vautour est venu les déranger mais il a vite été chassé.

 

Et quelques photos pour illustrer un atterrissage…

 

Le Rocher du Caire offre la possibilité d’avancer sur un promontoire et de se décaler de la falaise. C’est un lieu génial qui permet d’observer la paroi en n’étant pas trop loin, d’avoir une belle lumière avec le coucher de soleil dans le dos et d’être à la hauteur des Vautours quand ils longent la paroi. Pas farouches, certains passent même juste à quelques mètres… de quoi faire tourner la tête… de l’autofocus! Mais cet endroit permet de faire des belles photos !

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.